On commémore en 2017 l’auteur du Cœur est un chasseur solitaire, née en 1917 et morte en 1967. De nombreuses rééditions aux Éditions Stock sont l’occasion de découvrir ou de redécouvrir l’œuvre d’une grande figure de la littérature américaine.

 Clotilde Courau lit Le cœur est un chasseur solitaire de Carson McCullers, Stock

Clotide Courau - photo : DRDe ce roman foisonnant de personnages se détache la figure adolescente de Mick, qui ressemble étrangement à Carson McCullers. Pauvre, passionnée de musique, elle rôde dans les cours des immeubles pour surprendre les accents d’une symphonie qui s’échappent d’un poste de TSF : « Cette musique ressemblait parfois à de petits morceaux de cristal colorés et, quelquefois, c’était la chose la plus douce, la plus triste que l’on pût imaginer. » Mick et bien d’autres personnages s’entrecroisent dans ce roman qui emprunte ses décors au Sud des EtatsUnis où vécut Carson McCullers dans l’immédiat avantguerre. Elle avait vingt-deux ans quand elle publia ce premier livre, qui est sans doute son chef-d’œuvre.

 Irène Jacob lit La ballade du café triste de Carson McCullers, Stock

Irene Jacob - photo : Djamel Dine ZitoutGrande, efflanquée mais redoutablement musclée, Amelia Evans inspire le respect de ses concitoyens : on apprécie autant l’alcool qu’elle distille clandestinement que ses talents de guérisseuse. Mais elle secrète aussi le mystère. Pourquoi a-t-elle chassé de chez elle l’homme qu’elle avait épousé quinze jours plus tôt ? Et quel rôle tient auprès d’elle ce cousin bossu venu de nulle part ? Dans ce recueil de nouvelles que Tennessee Williams qualifia de « chef-d’œuvre », Carson McCullers montre toute l’étendue de son incroyable talent. Irène Jacob propose une lecture du texte qui donne son titre au recueil.