Après Jack London et Victor Segalen, Livres dans la Boucle salue l’oeuvre d’un autre monstre sacré de la littérature mondiale John Steinbeck, l’auteur de La perle, À l’Est d’Eden, Les raisins de la colère, sera à l’honneur du festival à travers une lecture et une projection. Comme Victor Hugo – que l’on retrouvera lors d’une lecture de Notre-Dame de Paris – Colette, autre grande figure de la  littérature française, a vécu quelques temps à Besançon. L’occasion de redécouvrir sa vie intrépide et de relire quelques-uns de ses romans “vrais”.

► John Steinbeck

Lauréat du prix Nobel de littérature en 1962, John Steinbeck est une figure incontournable de la littérature américaine. Ses « écrits réalistes et imaginatifs, alliant à la fois un humour sympathique et une perception sociale aiguë », rendent son oeuvre atemporelle.

Le festival propose une lecture du roman incontournable de Steinbeck, Les raisins de la colère, récompensé par le prix Pulitzer en 1940. Son adaptation au cinéma par John Ford sera également au programme.
Conscient du caractère révolutionnaire de son roman, John Steinbeck demanda à son éditeur un tirage limité pour la première édition des Raisins de la colère en 1939. Considéré comme un pamphlet communiste, le livre fut en effet interdit dans plusieurs villes de Californie, ce qui ne l’empêcha pas de connaître rapidement le succès. Migrations, crise sociale, circonstances climatiques éprouvantes… près de 80 ans après sa parution, le chef d’oeuvre le plus connu de John Steinbeck résonne particulièrement avec l’époque actuelle.

► Colette

Colette est mise à l’honneur par Livres dans la boucle. Auteure française reconnue et admirée, par son parcours avant-gardiste elle ne manque pas de ravir et d’étonner, de trouver écho dans les problématiques actuelles et… dans la vie bisontine. En effet, après avoir publié la série des Claudine, Colette s’installe près de Besançon en 1902 dans le domaine aux Montboucons. Ce corps de ferme devient bien vite son décor familier et elle y écrit plusieurs de ses romans.

Marie Bunel, comédienne de talent, lira deux de ses ouvrages, La retraite sentimentale (Mercure de France) et Mes apprentissages (Fayard) dans lesquels sa chère demeure bisontine, fidèlement dépeinte, est au centre de l’action.
Enfin, le documentaire de Cécile Denjean, Colette l’insoumise, clôturera cet hommage, en dépeignant l‘ensemble de l’existence libre et théâtrale de Colette, son goût tant pour la littérature que pour l’hédonisme.

Marie Bunel ©Hélène Roux

► Victor Hugo

Le 15 avril 2019, sous les yeux de l’humanité tout entière, Notre-Dame de Paris brûlait. En faisant écho à l’émotion ressentie, le comédien Didier Sandre prête sa voix au chef-d’oeuvre de Victor
Hugo et à sa magnifique description de la cathédrale en proie aux flammes qui se fait presque prophétie du terrible incendie.

C’est cette émotion que l’historien et romancier Adrien Goetz expliquera durant une rencontre avec le public comme il l’explique dans Notre-Dame de l’humanité (Grasset). On s’est en effet rendu compte à cette dramatique occasion que Notre-Dame de Paris était bel et bien Notre-Dame-de l’humanité. Par-delà les nations, par-delà les religions même, c’est l’art qui unit les hommes. Telle est la leçon de ce stupéfiant événement.

Adrien Goetz ©D.R.

Adrien Goetz ©D.R.