Virginie NOAR

Virginie Noar, pigiste et travailleuse sociale, a trente-cinq ans et réside en Ardèche, à Joyeuse. Elle exerce dans un espace de rencontre parents-enfants.
« Le corps d’après » est son premier roman.


 « Le corps d'après »

(François Bourin)

« Le corps d’après » est le récit d’un enfantement et d’une lutte. Contre les injonctions, le bonheur factice, le conformisme. Au bout du chemin, pourtant, la vie. Celle qu’on s’inventera, pied à pied, coûte que coûte. Pour que, peu à peu, après la naissance de l’enfant, advienne aussi une mère, femme enfin révélée à elle-même.