Simon Hureau

Simon Hureau est né en 1977 à Caen. Un bac scientifique en poche, il part à Strasbourg,où il s’inscrit aux arts déco. C’est là qu’il publie ses premières pages de BD. Puis,passionné par le voyage, il rapporte de ses séjours des carnets illustrés et des idées de bandes dessinées, comme Palaces (2003) ou Bureau des prolongations(2005).Il publie également des fictions, dont Colombe et la Horde(2004),L’Empire des hauts murs(2006),Tout doit disparaître(2006) et Hautes Œuvres(2008). En 2012, il décroche le Fauve Polar à Angoulême, avec Intrus à l’étrange. En 2013 paraissent Crève saucisse,écrit par Pascal Rabaté, et Le Massacre, deux albums salués par la critique. Revenu aux récits de voyage, il signe Au gré des courants(2013),Kompilasi Komikus (2014), Mille  Parages(2015) et Rouge Himba (2017), avec Solenn Bardet. Simon s’est aussi offert quelques incursions du côté de l’édition jeunesse ou de l’illustration


 L'Oasis

(Dargaud)

28 août 2018, en pleine émission de radio, à 8h30 du matin, Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire, annonce qu’il quitte le gouvernement. Simon Hureau, comme des millions de Français, apprend cette décision avec une tasse café à la main… sidéré. «La biodiversité fond comme neige au soleil?»C’est évidemment dramatique, mais «pourquoi personne nedit qu’il est si facile de la favoriser, voire de la restaurer» ? Simon le sait, lui,et son jardin en est la preuve vivante!Réaction, action:il va écrire un bouquin pour raconter son expérience. L’Oasis est la preuve que tout n’est pas perdu,loin de là, et que nous pouvons tous, à notre échelle, agir et laisser vivre la vie.

L’Oasis est une œuvre pédagogique vivante et joyeuse. Elle s’appuie sur l’expérience directe de l’auteur, Simon Hureau, qu’on suit pas à pas à la rencontre de son jardin. Il nous partage son «émerveillement devant l’incroyable invention du vivant dans toute sa diversité d’expression»,comme le formule le botaniste Gilles Clément dans sa préface. De fait, Simon Hureau nous invite à observer la vie du jardin, qu’il s’agisse des végétaux ou des animaux, bestioles de passage ou résidents permanents. Et il faut dire que son dessin naturaliste à l’aquarelle fait merveille!L’auteur raconte également de nombreuses anecdotes.Dans son jardin, Simon s’interroge, apprend, découvre… Au passage, il glisse une petite salve contre les pesticides et autres cochonneries chimiques, et,moins attendu, s’agace du choix presque systématique de certaines espèces végétales – cotonéasters et thuyas en tête –, alors qu’elles n’abritent aucune bestiole. Une aberration dans un jardin!Un album à mettre entre toutes les mains,surtout si elles sont pleines de terre !



Présent sur le salon : samedi 26, dimanche 27
Lieu : Scénacle