Ils sont toujours plus nombreux d’année en année !

Les médias :

Les autres partenaires :

 

EXPOSITION “PORTRAITS PAR ULF ANDERSEN“


Sur les grilles de l’hôpital Saint-Jacques, rue de l’Orme de Chamars à Besançon
du 18 Juin au 22 Septembre 2021

 

Cinquante portraits d’écrivains,
Cinquante passeurs.euses
Cinquante réverbères.
Cinquante puits de lumière.
Autant d’invitations à l’intime, entre eux et nous, dans l’espace public.
Terrain de leur imaginaire.
S’arrêter un instant. Yeux dans les yeux.
Et faire un tour du monde dans les pas de ces guides voyageurs.euses.
Par leurs tripes, leur coeur, leur labeur, depuis des décennies, nous sommes écrits.
Depuis des décennies ils nous regardent et nous restituent.
Pour quelques mois, quelques mois seulement dans nos vies à courir, ils sont là près de nous pour nous parler tout bas des bruits, des silences, des fracas et des beautés du monde,
pour nous parler de nous.
Que nous pensions ou non n’être que des anonymes de la comédie humaine, ils sont venus nous dire “avance à ton pas, ta beauté moi je la connais“.
Mais il a fallu qu’un homme les regarde et les saisisse ces cinquante bienfaiteurs, pour qu’ils puissent aujourd’hui nous regarder et nous saisir à leur tour, là, au coin de la rue.
Cet homme c’est Ulf Andersen, photographe norvégien à l’agence Gamma.
Il y a 51 ans, la lecture du roman La modification de Michel Butor lui donne l’irrépressible envie de voir le visage de l’auteur. Il descend à Nice en stop, va le rencontrer et revient chez lui avec 15 clichés. Ce seront les premiers d’une très longue et incroyable collection de portraits d’auteures et d’auteurs.

Ulf Andersen a consacré 50 ans de sa vie à construire sans relâche une fresque unique.
À chaque plume, son visage.
Aux quatre coins du monde.
Par cette rétrospective hors les murs du “peintre des écrivains“, le collectif Hôp Hop Hop
fait surgir l’universel dans la rue et offre au passant qui passe cinquante alcôves de douceur, cinquante instants d’éternité à cueillir chemin faisant.

Par les temps qui courent, ça fait beaucoup de bien.

——————————–

Cette exposition n’aurait pu se faire sans le soutien financier de la fondation Jan Michalski, fondation suisse pour l’écriture et la littérature, celui de la Ville de Besançon, et sans l’accueil du CHRU de Besançon.