Née dans une famille d’immigrés italiens installés en Charente, ayant exercé la profession d’éducatrice, Paola Pigani se consacre à l’écriture, publiant régulièrement des recueils de poésie. En 2013, elle fait paraître aux éditions Liana Levi un premier roman, "N’entre pas dans mon âme avec tes chaussures", plusieurs fois primé. Ses deux romans suivants, "Venus d’ailleurs" (2015) et "Des orties et des hommes" (2019), ont été salués par la critique et les libraires. Elle vit à Lyon.

 Et ils dansaient le dimanche

(Liana Levi)

Arrivée à Lyon un jour de 1929, Szonja n’a aucune idée de ce qui l’attend. Si elle est montée dans le train, c’était pour suivre sa cousine et fuir une Hongrie sans avenir. Sa vie est immédiatement happée par la production de viscose, qui bat son plein et réclame de la main-d’œuvre : en France, les femmes apprécient cette nouvelle « soie » bon marché. La Sase pourvoit à l’existence de chaque recrue : une place à l’usine, une chambre à l’internat, la chapelle et quelques commodités, un maigre salaire. Postée plus de dix heures par jour à l’atelier, surveillant la transformation de la matière visqueuse en fil dans les vapeurs chimiques, elle résiste, passivement, mais aussi grâce à Elsa, la fortunata, qui la soustrait à l’enfermement et bientôt à la violence de Jean, épousé à la va-vite. Grâce à elle, elle est peu à peu adoptée par un groupe d’Italiens actifs. Le dimanche, la petite troupe sait faire la fête : on grille les poissons pêchés dans la rivière, on danse. On parle politique aussi. Depuis février 1934 et les licenciements, les manifestations donnent l’occasion de se retrouver à Lyon dans les cortèges. Szonja comprend qu’elle ne peut faire défaut aux camarades, ni à Marco dont elle a éveillé les sentiments, ni au Front populaire qui se renforce. L’issue, c’est leur horizon collectif et solidaire.



Présent sur le salon : vendredi 17, samedi 18
Lieu : Place de la Révolution