Guy-Louis Anguenot doit sa médiatisation à ses incontestables talents d’historien, d’écrivain et de conteur et à sa production littéraire particulièrement importante, qui puise ses racines dans l’âme et le terroir des gens d’ici – plus d’une vingtaine de volumes souvent réédités parmi lesquels : "L’Armoire Comtoise" (Prix Louis Pergaud), "Les Marsall", "Le Commis des Grandes Terres" (Prix André Besson), "Marigny et la bonne dame de Chantegrive".

 Marigny et le clochard

(C Éditions)

" C’était en 1964. Le 23 avril, un jeudi… On a retrouvé un cadavre sur les berges du Doubs à la sortie de Morteau, direction Remonot… - Un clochard, à tous les coups, a osé timidement Grisot, l’adjoint de Marigny. » Dans ce roman, Guy-Louis Anguenot donne la parole à ceux qui n’y ont pas droit ; c’est une sorte d’hommage qu’il rend à des gens à qui la société a tout confisqué : la parole, les droits, la dignité, la reconnaissance… voire leur humanité en les transformant en sous-hommes, déshumanisés, sans abri, sans dignité, sans racines… "



Présent sur le salon : vendredi 17, samedi 18, dimanche 19
Lieu : Espace Grammont