La chasse aux sorcières, erreur judiciaire et complot misogyne

(Editions Cêtre)

Les sorcières sont de retour ! Mais de qui ou de quoi parle-t-on ? Le terme sorcière reprend une construction mentale née à la fin du Moyen Âge, développée à l’époque Moderne et utilisée aujourd’hui à des fins militantes et mercantiles. La sorcière contemporaine est une femme forte, rebelle et libérée du joug masculin. Consciente de cette symbolique contemporaine, cette étude ne peut l’ignorer, mais elle est essentiellement consacrée au terrible phénomène de la répression de la sorcellerie vulgarisée sous l’appellation de chasse aux sorcières, en raison de la sur-féminisation des procès. Dans cette étude consacrée aux procès menés de 1434 à 1664, dans la Comté et la ville de Besançon, toutes deux catholiques et dans la Principauté luthérienne de Montbéliard, l'auteure éclaire les faits à la lueur des persécutions menées dans les États voisins et démontre que la province appartient à l’Europe des bûchers. Elle pose la question de la complexité des persécutions, absentes dans certains pays et en surnombre dans d’autres. Elle tente de percer la personnalité d’environ sept-cents accusées afin de dresser un véritable portrait de la sorcière et établit une différence entre l’accusée dénoncée par les villageois de celle décrite par les démonologues. Elle n’oublie pas que des hommes furent également jugés et cherche à en dresser le portrait. En assimilant les procès de sorcellerie à une erreur judiciaire et à un complot misogyne, elle propose une nouvelle vérité sur ce phénomène si complexe. 



Présent sur le salon : samedi 17, dimanche 18
Lieu : Place de la Révolution