JÉRÉMY PERRODEAU est né en 1988, quelque part entre Nantes et la mer, en bordure de la forêt. Un peu plus tard, il part étudier la communication visuelle à l’école Estienne, à Paris ; il en sort donc graphiste, et mène alors de nombreux projets avec le prestigieux studio de Valence. Il commence en parallèle à produire de petits fanzines auto-édités. Fortement inspiré par les grands espaces et les paysages naturels, il publie sa première bande dessinée en 2013: Isles, la Grande Odyssée, aux éditions FP&CF rééditée en 2018 par FP&CF et 2024). Il fait également partie de la fine équipe réunie dans les marquantes revues Lagon et Volcan — signant aussi, avec Jean-Philippe Bretin, le graphisme de l’ouvrage. En 2017, il publie Crépuscule, un grand récit de science-fiction impressionnant de maîtrise, qui lui vaut une sélection officielle au festival d’Angoulême et le Prix du jury du festival Pulp en 2018.

Depuis, il se consacre entièrement à la bande dessinée et à l’illustration, et travaille régulièrement pour la presse française et internationale.

 Le Long des Ruines

(2024)

La ville s’étend sans fin sur la planète. Dans cette cité-monde, Samuel F. Monroe voyage là où on a besoin de lui : à la fois psychiatre et soldat d’élite, ce curieux guérisseur peut plonger dans le cerveau des patients endormis. Leurs pensées sont comme des mondes virtuels, dans lesquels Samuel voyage pour retrouver les consciences perdues. Il plonge et les ramène à la vie.

Riches patriciens reclus sur leur îlot verdoyant, les Midori ont appelé Samuel : leur fille Rose a sombré dans un profond coma depuis des années. Alors Samuel plongera, une fois encore — mais cette fois, il n’ira pas seul : Anha, la sœur de Rose, a insisté pour être de l’expédition, à travers cet inconscient instable et dangereux... Comment l’esprit de Rose a-t-il pu engendrer tant de violence ?

Après Isles et Crépuscule, Jérémy Perrodeau embarque à nouveau le lecteur dans un récit intrigant et haletant. Le Long des ruines confirme le talent immense de son auteur, et la force de son univers de science-fiction étrange et onirique, au croisement de Tarkovski et Mad Max



Présent sur le salon : samedi 18, dimanche 19
Lieu : Scénacle