Après une école de théâtre et des études de droit, Cécile Guidot devient notaire, spécialisée en droit de la famille. Elle se consacre aujourd’hui à l’écriture. "Les Vanités" clôt sa grande fresque au cœur de l’univers des notaires.

 Les vanités

(JC Lattès)

Claire Castaigne, la trentaine, célibataire, est une jeune notaire tatouée et idéaliste. Ce métier, c’est sa passion, sa vocation, même si elle détonne dans cet univers policé, traditionnel, fait d’usages et de mesure. Mais elle aime être plongée au cœur de la vie des couples, des familles, dans les moments cruciaux où l’argent et les sentiments se mêlent, un mariage, un divorce, une succession, un achat immobilier. Elle bataille avec les textes, les actes et les volontés pour être juste avec chaque client mais elle se révolte de plus en plus vis-à-vis de sa corporation. La vie de l’office notarial avec ses rivalités et ses frustrations lui pèsent.

Après "Les Actes", où elle découvrait ce monde, et "Les Volontés", où elle y consolidait sa place, Claire prend ici la mesure de la fragilité des ambitions et des constructions humaines. Car les vanités font avancer mais aveuglent aussi et provoquent parfois la chute. Claire doit se révolter et tenter de s’éloigner de ce métier qu’elle aime mais qui l’étouffe pour choisir une vie plus libre.



Présent sur le salon : samedi 18, dimanche 19
Lieu : Place de la Révolution