Héléna Marienské est l'auteur de "Rhésus" (P.O.L, 2006, prix "Lire" du meilleur premier roman, prix "Madame Figaro"/Le Grand Véfour, Mention Spéciale du prix Wepler), "Le Degré suprême de la tendresse" (Héloïse d'Ormesson, 2008, prix Jean-Claude Brialy), "Fantaisie- Sarabande" et "Les ennemis de la vie ordinaire" (Flammarion, 2014 et 2015).

 Presque toutes les femmes

(Flammarion)

"Une dépression sévère, il y a deux ans. Un chagrin sans fond m’avait emplie toute, qui me clouait au lit. Étrangement, lorsque je me suis redressée, mon premier désir a été de terminer le texte que je peaufinais depuis des années : un récit intime centré sur les femmes de ma vie. Tout y était, les zigzags et les impasses, les abandons et les pardons. Tout était écrit mais rien ne fonctionnait. Je donnais à voir le même éternel sourire pour avancer guillerette dans le récit, prête à amuser mon monde. Le drame de ma mère était passé sous silence, la malédiction familiale tournait à la farce, et ma bisexualité restait dans un placard. Les histoires d’amour n’étaient que joyeuses saynètes. J’avais touché le fond : il était temps de tomber le masque. Alors j’ai tout repris."

Dans cette autobiographie traversée de passions et de détresses, Héléna Marienské raconte une vie passée à l’ombre des femmes, figures familiales ou rivales, autant que dans leur lumière, celle des femmes désirées ou follement aimées. Chacune à sa manière lui aura révélé celle qu’elle est : une femme libre, qui abrite résolument en elle plusieurs autres. Nous, peut-être ?



Présent sur le salon : vendredi 17, samedi 18, dimanche 19
Lieu : Place de la Révolution