Corinne Royer vit entre les hauts plateaux du parc naturel régional du Pilat, près de Saint-Étienne, et l’Uzège. "Pleine terre" est son cinquième roman, après "M comme Mohican" (Héloïse d’Ormesson, 2009), "La Vie contrariée de Louise" (Héloïse d’Ormesson, 2012, prix Terre de France/"La Montagne" ; Babel n° 1589), "Et leurs baisers au loin les suivent" (Actes Sud, 2016) et "Ce qui nous revient" (Actes Sud, 2019 ; Babel n° 1770).

 Pleine terre

(Actes Sud)

Un éleveur qui n’a pas rempli toutes ses obligations administratives se retrouve pourchassé par les gendarmes comme un criminel. Quel enchaînement terrible a fini par l’entraîner dans cette cavale ? Inspiré d’un fait divers récent, ce roman psychologique, politique et lyrique alerte sur l’effondrement du monde paysan : il dénonce les logiques productivistes qui dégradent notre rapport au vivant et pointe la fragilité des agriculteurs face au chaos de nos sociétés contemporaines.



Présent sur le salon : samedi 18, dimanche 19
Lieu : Place de la Révolution