Avec "Le Rapport chinois", son premier roman, Pierre Darkanian offre à la littérature française sa "Conjuration des imbéciles".

 Le Rapport chinois

(Anne Carrière)

Une rumeur circule dans les cercles de pouvoir. Elle concerne un épais dossier intitulé "Le Rapport chinois". On dit que sa lecture rend fou. Pour certains, ce rapport a quelque chose à voir avec les cartels de la drogue. Pour d'autres, il s'agit du manifeste d'un complot mondial. Quelques-uns en parlent comme d'un texte visionnaire. On s'accorde en tout cas sur l'identité de son rédacteur : Tugdual Laugier. Mais là aussi le mystère reste entier... Est-ce le nom d'un imposteur surdoué, d'un prophète ou d'un parfait imbécile ?

Quand la société des Hommes devient une farce, la vérité a besoin d'un bouffon. Le premier roman de Pierre Darkanian est une corde tendue par-dessus l'absurdité du monde moderne. On y danse, trébuche et se redresse derrière Tugdual, aussi inoubliable que Falstaff ou Ignatius Reilly, d'un abîme à l'autre, d'un rire féroce vers une troublante mélancolie.



Présent sur le salon : samedi 18, dimanche 19
Lieu : Place de la Révolution