Né en 1981, Matthieu Luzak a passé sa jeunesse dans le quartier populaire de la Source à Orléans, où il s’adonne au football, au graffiti et au vol à l’étalage. Durant un cursus de doctorat inachevé, il délaisse les lectures sociologiques pour les romans de Donald Goines ou d’Edward Bunker. Devenu journaliste, il sillonne la France avant de s’établir à Aubervilliers. Avec "Poudre blanche, sable d’or", il signe son premier roman.

 Poudre blanche, sable d'or

(La Manufacture de livres)

Le premier est un journaliste sans passion qui travaille pour un média de seconde zone. Vie de couple pourrie. Une fille née d’un plan d’un soir. Perspective zéro. Un bon joint au petit-déj pour oublier que les journées n’annoncent rien de neuf. Le second sort de taule. Des combines et suffisamment de relations pour faire son trou dans la cité. De la coke pour égayer le quotidien, juste ce qu’il faut. Les voici partis pour quelques jours entre potes à Malaga, histoire de décompresser. Le cadre n’est pas au top, mais au moins, ils pourront parler entre hommes. Et justement à Malaga, il y a quelques années, Farid a monté un sacré coup. De ceux qui réussissent et qu’on ne raconte pas trop. De ceux que les journalistes ne traitent pas et qui pourtant en disent long.

Dans ce premier roman, Matthieu Luzak nous propose d’accompagner dans leur virée des types qui racontent une société sans avenir et résolument contemporaine. À la manière des lyrics d’un rap cru, il nous livre les rêves et les drames des désillusionnés du XXIe siècle.



Présent sur le salon : vendredi 17, samedi 18, dimanche 19
Lieu : Place de la Révolution