Éric Mercier a travaillé 25 ans dans la finance avant de se tourner vers le monde de l’art et de consacrer une thèse à la peinture figurative des années 1950. Docteur en histoire de l’art et commissaire d’expositions, il a publié Dans la peau de Buffet (Anfortas, 2018), et Fauves (Éditions de La Martinière, 2021) qui
explore l’impétuosité de la peinture fauviste.

 Panique à Drouot

(Éditions de la Martinière)

Un commissaire-priseur a été assassiné à l’hôtel des ventes de Drouot pendant une vente aux enchères. L’arme du crime ? Une vierge de Nuremberg, un instrument de torture du Moyen-Âge. Le commandant Vicaux et son adjointe Laetitia sont chargés de résoudre ce crime qui secoue le marché de l’art parisien. De son côté, un ancien paparazzo enquête sur la disparition inexpliquée de trois jeunes femmes. A priori, rien ne lie ces deux affaires, mais dans l’atmosphère mystérieuse des venelles de Drouot, les secrets les plus surprenants ne sont jamais loin.

Avec Panique à Drouot, Eric Mercier signe un nouveau polar talentueux à l’intrigue efficace et au dénouement inattendu. Les personnages sont insaisissables et troubles. Le commandant Vicaux, marmoréen et ténébreux, se révèle d’une rare perspicacité. Si son adjointe, Laetitia, connaît Nietzsche et Schopenhauer par cœur, elle se montre aussi enjouée et délurée. Les deux forment un duo d’enquêteurs aussi singuliers qu’attachants.



Présent sur le salon : vendredi 16, samedi 17, dimanche 18
Lieu : Place de la Révolution