Linguiste, Hélène Lœvenbruck a reçu la médaille de bronze du CNRS en 2006. Membre du Laboratoire de psychologie et neurocognition du CNRS, elle est également rédactrice en chef de la revue In Cogito - Cahiers Romans de Sciences Cognitives. Ses recherches sur la voix intérieure s’appuient sur plusieurs disciplines dont les neurosciences, la psychiatrie et la philosophie.

 Le mystère des voix intérieures

(Denoël)

Le saviez-vous ? Notre parole intérieure, plus ou moins délibérée, accompagne en moyenne un quart de notre vie éveillée.

Chacun d’entre nous s’est déjà surpris à réciter des phrases « dans sa tête », voire à entonner des musiques sotto voce, sans produire  de son réel. Derrière cette « petite voix » si familière se cache un phénomène étonnamment riche.
Qu’est-ce qui détermine la voix que l’on entend lorsqu’on se parle à soi-même ? Dans quelles circonstances le fait-on, et peut-on toujours la contrôler ? Est-on tous égaux face à la capacité de produire une parole intérieure ? Quel est le lien entre la voix intérieure « normale » et ses déviations (hallucinations sonores, pensées obsédantes) ? Au gré de ces questionnements, Hélène Lœvenbruck montre en quoi la parole imaginée participe de l’auto-consolation, de la construction de notre identité et même de l’estime de soi. En parallèle des données scientifiques, l’autrice s’appuie sur maints exemples tirés d’œuvres littéraires, musicales ou filmiques.
L’essai comporte par ailleurs une dimension pratique et ludique : grâce aux exercices spécialement conçus pour le livre, le lecteur est invité à identifier sa « petite voix », à analyser ses sensations musculaires lors de monologues intérieurs, à décortiquer la façon dont sa voix intérieure réagit aux changements de police de caractère, de ponctuation, du type de phrasé proposé.



Présent sur le salon : samedi 17, dimanche 18
Lieu : Place de la Révolution