Isabelle Desesquelles est notamment l’auteure de Je me souviens de tout, Les hommes meurent, les femmes vieillissent et Je voudrais que la nuit me prenne, prix Femina des Lycéens en 2018. Longtemps libraire à Paris et à Toulouse, elle a fondé une résidence d’écrivains, la maison De Pure Fiction.

 Là où je nous entraîne

(JC Lattès)

Une enfant lit un roman dans lequel la mère de l’héroïne est malade, à la fin elle guérit, l’histoire se termine bien. Le lendemain, on annonce à l’enfant que sa propre mère est à l’hôpital, la petite vit enfin une aventure, elle est entrée dans le livre. Seulement la réalité trahit la fiction, sa mère meurt. De ce jour Isabelle Desesquelles n’arrêtera plus de se raconter des histoires, de franchir la limite du vrai et du faux.
Elle imagine aujourd’hui une famille en Corse, deux petites filles et leurs parents un jour d’été. Au réveil ils sont quatre, le soir ils sont deux. Un secret venu du passé a bouleversé leur existence. Huit ans après, l’une des deux sœurs se souvient. Cette famille inventée entraîne l’auteure là où elle ne pensait pas aller : écrire les siens. Comment leur bulle a éclaté un autre jour d’été. Il y a ce qui est arrivé et ce qui aurait pu arriver. Il y a le livre, organisme vivant doté d’un cœur battant et ses ventricules, le réel et la fiction.
Envoûtant, Là où je nous entraîne marque l’aboutissement d’une œuvre romanesque remarquable.



Présent sur le salon : vendredi 16, samedi 17
Lieu : Place de la Révolution