« Charles », c’était son nom quand, à trente ans, il racontait son quotidien de fumeur de cailloux dans Crackopolis (Arte radio). Matthieu Seel a aujourd’hui trente-neuf ans et livre avec Rien ne dure vraiment longtemps un premier récit immersif et poétique.

 Rien ne dure vraiment longtemps

(HarperCollins)

Son phrasé est celui d’un garçon pressé. Les images qu’il convoque autant de coups de feu dans l’âme. L’itinéraire de Matthieu Seel, dit « Charles », ne souffre aucun temps mort.

Sa naissance sous X, son parcours de gosse aux mille questions qui veut grandir trop vite en espérant un jour pouvoir y répondre, ses premiers pas puis ses premiers joints dans le 19e arrondissement de Paris où il a grandi et les jardins chics de la Rive gauche où il a choisi un blase pour la vie, ses déambulations sous crack dans la rue, le métro, les parkings et sur la Colline, il les raconte. « Charles » a vogué d’un monde à l’autre, et d’un monde à l’autre, cherchant sa place, un beau jour il a sombré.

Mais Matthieu a fini par supplanter « Charles ». Sa rédemption après l’addiction, son sevrage, en équilibre sur un fil ténu, celui de l’existence, il les raconte aussi.



Présent sur le salon : vendredi 16, samedi 17, dimanche 18
Lieu : Place de la Révolution