Maître de conférence de culture italienne à l’Université de Franche-Comté, Serena Gentilhomme est née à Florence et s’est installée à Besançon depuis un demi-siècle. Elle enseigne la littérature et l’histoire du cinéma italien, notamment fantastique et d’horreur. Elle est l’autrice de plusieurs romans et récits qui s’attachent à l’histoire criminelle italienne, explorant des faits divers marquants et leurs impacts sur la société.

 Le bourreau du Pape

(La Manufacture)

De 1796 à sa mort, Giovanni Battista Bugatti, devenu légendaire sous le nom de Mastro Titta, rendit cinq-cent seize «Justices» pour le Vatican, torturant et exécutant sur la place publique, au nom du Pape. De ce bourreau passionné par son art et porté par sa foi, il ne nous est resté que peu de choses. Quelques
lignes de description de Charles Dickens et Lord Byron qui assistèrent au spectacle, le catalogue de ses exécutions commentées de sa main et des mémoires, fictives, publiées sous la forme de feuilleton dans la presse à sensation du 19ème siècle.
Spécialiste de la culture italienne, passionnée par le monde du crime, Serena Gentilhomme reprend ces sources diverses pour nous livrer les mémoires
apocryphes du bourreau légendaire.



Présent sur le salon : vendredi 16, samedi 17, dimanche 18
Lieu : Place de la Révolution