Guy-Louis Anguenot est au sommet dans son art du dialogue « rustique » et comtois, comme dans celui de la peinture des sentiments, des couleurs et des sons. Il écrit avec des mots choisis, des images parfois empruntées au romantisme de Lamartine et de Musset, ou au stoïcisme d’Alfred de Vigny.

 Marigny et l'institutrice

(C)

Y a-t-il eu crime? Et, dans ce cas, qui a donc tué la belle Nathalie, l’institutrice que tous admirent ?

Marigny, le héros de Guy-Louis Anguenot raconte cette dramatique affaire, comme un génial conteur soucieux de ménager le suspense de l’enquête. Il fait revivre au fil des pages tout un petit monde rural aux acteurs si divers, si pétillants, si typés, tous Comtois bon teint.
Mais ce nouveau polar, c’est aussi notre si belle culture rurale retrouvée, parfois truculente, souvent émouvante et sensible, et puis nos gens d’ici, entre Marcel Pagnol et Louis Pergaud.
Une douce nostalgie du temps qui passe et bouleverse nos valeurs d’antan...



Présent sur le salon : vendredi 16, samedi 17, dimanche 18
Lieu : Place de la Révolution