Allan BARTE

Allan Barte a toujours dessiné en marge de ses études. Disciple avoué de Manu Larcenet et de Lewis Trondheim, c’est en découvrant leurs blogs qu’il décide d’en ouvrir un lui aussi. C’est de cette manière que naît « Le Journal du lutin ». Quelques jours après la création de son blog, Allan est contacté par Lewis Trondheim. Commence alors une collaboration fructueuse. La bande dessinée représente pour Allan un incroyable moyen de faire passer de vraies émotions et son style montre des influences multiples. Le voici qui pénètre dans le monde de la bande dessinée, avec un premier album soutenu par des grands du 9e Art.


 « Survivants de la révolte finale de l'apocalypse : l'ultime prophétie de la sorbetière perdue »

(Delcourt)

La jeune Shalindra, Bretzel et toute leur bande en ont assez de ce monde trop parfait. Cela leur donne une bonne raison de se rebeller, crier sur le président, voir de tuer son chat de combat et peut-être, par mégarde, dans l’enthousiasme du moment, plonger la planète dans une apocalypse terrifiante… jusqu’à ce qu’un justicier solitaire accepte de se dresser face à la plus vile des injustices.



Présent sur le salon : samedi, dimanche